Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Visite d'une exposition de peintures de Modigliani[1]. Je demande au grand artiste peintre célèbre grâce à ses portraits et ses nus de femmes, qui a fait de l’ombre à Picasso mais qui est mort dans l’ombre, de me guider. Au même temps, dans le cadre d’un travail de recherche que je menais, je tente d’interviewer l’Artiste Mauditpour connaître sa pensée mais aussi l’histoire et la valeur émotionnelle liées à chacune de ses œuvres. Néanmoins l’auteur peut être inconscient de ce qu’il sait ; le rôle de l’intervieweur consiste justement à l’aider à livrer ses pensées et à en prendre conscience. Je cite au hasard Amedeo Modigliani parce que je pense qu’il était moins loquace que Pablo Picasso. De plus, Modi n’aimait pas trop se mettre en valeur, j’imagine qu’un entretien avec lui serait rempli de silences significatifs !

Dans cette exposition, je faisaismine de ne rien savoir de son histoire avec sa jeune campagne Jeanne Hébuterne dont il a exposé plusieurs portraits.

Moi- Qui est-ce ?

Modigliani- C’est Jeanne Hébuterne, vous ne la connaissez pas ?

Moi- Non, je ne la connais pas, mais votre peinture me donne envie de la connaître, elle est belle. J’aimerais surtout savoir pourquoi avez-vous choisi de peindre son portrait.  

Modigliani- Elle est belle.

Moi- C’est vrai mais il y a beaucoup d’autres belles femmes, alors, pourquoi elle ?

Modigliani- ça, c’est subjectif et personnel.

Moi- c’est justement ce que je veux savoir.

Modigliani- vous avez une idée en tête que vous voulez me faire penser ?

Moi- pas du tout, c’est votre pensée que je voudrais découvrir

Je pense que cela ne sert à rien d’insister face à une personne aussi coriace… mais je vais le faire parler autrement…

Moi- Pourquoi vous n’avez peint ses yeux ?

Modigliani- C’était le premier portrait que j’ai peint d’elle.

Moi- Et alors ?

Modigliani- Je ne la connaissais pas encore. Comme vous pouvez le constater sur les autres tableaux, on peut bien voir ses yeux. Quand j’ai peint ce tableau, elle m’a posé la même question que vous, je lui ai dit : je peindrai vos yeux quand je connaîtrai votre âme, vous comprenez ?

Moi- Absolument charmant ! J’adore ce que vous dites. Au fond vous estimez que la connaissance de l’âme d’une personne est pertinente pour faire son portrait. Pensez-vous que la connaissance d’une personne peut modifier votre regard de peintre si vous peignez à nouveau son portrait ?

Modigliani – Oui, même le regard change et donc on ne peut que ce qu’on voit avec les yeux du cœur. Jeanne a … beaucoup compté dans ma vie, je me sens tellement redevable envers elle …. (silence)

Moi- Si j’ai bien compris, Jeanne est la femme qui vous a le plus marqué, elle vous a inspiré nombre de vos peintures, c’est pour cette raison que vous dites que vous êtes redevable envers elle ?

Modigliani- Non, pas seulement…. (silence).  

J’ai gardé mon silence en le regardant dans les yeux, en tentant de ressentir sincèrement la douleur qu’il ressentait comme on peut le faire avec toute personne qui accepte de se confier à nous et à l’égard de qui on ne peut que manifester de l’empathie.  Je promène ensuite mon regardsur le tableau de Jeanne, en scrutant ses détails. « Jeanne Hubuterne», murmuré-je. L’Artiste Maudit boit un verre d’une traite et dit brièvement :

Modigliani- Jeanne était une personne exceptionnelle, elle est ma muse. Un artiste a besoin d’une muse. 

Moi- Pourquoi ?

Modigliani- La muse est un subterfuge pour la création artistique. Elle est à la fois le moteur psycho-affectif, elle donne sens à la création. On a l’impression de faire avec et pour elle. Elle est à la fois l’objet et la raison d’être d’une expression artistique. Mais n’est pas muse qui veut. Jeanne était elle-même une transgression à plus d’un titre. Son père, un antisémite ; elle, amoureuse de tous les humains. Elle était même amoureuse du juif de naissance que j’étais mais que je ne revendiquais point puisque ça n’avait aucune importance pour moi. Mais le papa de ma chère Jeanne m’en veut à mourir.   

Moi- L’art, c’est aussi l’engagement, n’est-ce pas ?

Modigliani- L’art sans engagement, c’est du showbiz.

Moi- L’engagement peut-il être source de motivation, tout comme la muse ?

Modigliani- L’engagement est la direction que prend un artiste. C’est ce qui le motive à apprendre et oriente son apprentissage.

Moi- Merci Amedeo !

Modigliani- C’est moi qui vous remercie. C’est maintenant que j’ai envie de parler. Ce foutu questionnaire que tu tiens dans ta main me ligote, il me donne l’impression de passer un examen où la réponse correct est celle donnée par la leçon de l’enseignant. Tu as une petite minute, on peut aller prendre un verre dans le bistrot du coin ?

Moi- Ben, volontiers.

Modigliani- Tu verras que là ça ira mieux pour ton entretien.

Par Karim Kherbouche

[1]Modigliani, Amedeo (1884-1920), peintre et sculpteur italien indépendant, qui s’est essentiellement consacré au portrait.

Tag(s) : #Méthodologie

Partager cet article

Repost 0