Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" Il y a des lieux, en France, où les médecins n'osent plus aller. Où les policiers n'osent plus aller. Où les pompiers n'osent plus aller. Mais où les profs continuent de se rendre, dans des conditions â la limite du supportable. La fracture sociale, il y a ceux qui en parlent et il y a ceux qui se la coltinent. " Quand un professeur débutant débarque dans un collège de Seine-Saint-Denis, il s'attend au pire, mais pas forcément à la réalité. Comment vit-on au quotidien avec des élèves difficiles tout en étant inexpérimenté ? Riche en anecdotes authentiques, ce témoignage est loin du spectacularisme racoleur rabâché par les médias ; et même s'il se livre à une réflexion profonde sur son métier, l'auteur sait nous offrir de véritables moments de drôlerie et d'espoir. Un sujet brûlant d'actualité, qui pose les vraies questions sur les difficultés de l'enseignement aujourd'hui.

Comme un explorateur parachuté dans une jungle dont il a tout à apprendre, Jean-François Mondot, à coeur ouvert, détaille le quotidien d'un professeur en zone sensible. Des dernières heures passées sur les bancs de l'IUFM à la fin de sa première année scolaire. Son collège de Seine-Saint-Denis se fait le théâtre de petites tranches de vie douces amères, souvent croustillantes et parfois désarmantes. Et l'on pénètre dans cet univers comme dans un roman ; où l'école se découvre comme une société dans la société. Un îlot de paradis ou d'enfer, le plus souvent un peu des deux. Aussi, l'ouvrage est-il à mille lieues de la masse des rapports officiels qui s'accumulent sur la question du collège. Il nous fait part non seulement des difficultés rencontrées par le personnel enseignant, mais aussi des réflexions intimes de l'auteur quant à son statut, son environnement ou son parcours. Le tout sous la forme de courts entrefilets, à la manière d'un carnet de bord. Où l'on comprend que les mots, codes, attitudes, timing et punitions propres à l'institution scolaire ne sauraient s'improviser. Le parcours de cet enseignant n'est pourtant pas pire qu'ailleurs. Sans racolage, il met en scène avec des mots simples la fatigue physique, les angoisses et autres remises en cause quotidiennes du prof. Dont l'activité pourrait se résumer en quelques mots : "Ne jamais tourner le dos aux élèves." --J-S Félix

Tag(s) : #Littérature, #Education nationale France

Partager cet article

Repost 0