Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le brillante animateur télé, Nagui.

TÉLÉVISION - Interrogé sur ce sujet dans Paris Match, l’animateur de France 2 s’est exprimé sur sa vision de la tolérance.

Cette semaine, Nagui et sa femme, la comédienne Mélanie Page, font la une de Paris Match. Pour l’occasion, le couple,qui s’est récemment retrouvé sur un même plateau de télévision, s’est prêté à une séance photos et a accepté de répondre à de nombreuses questions sur leur histoire, leurs enfants mais aussi l’actualité. L’animateur vedette de France 2 donne son point de vue sur l’un des débats du moment.

C’est sur l’intégration en France que Nagui s’est notamment exprimé. En racontant son expérience (né en Égypte, il a également vécu au Canada avec ses parents), le présentateur de N’oubliez pas les paroles, donne un avis tranché. «Je respecte ce pays qui m’a accueilli il y a cinquante ans, ses institutions, ses représentants. Je ne comprends pas ceux qui s’efforcent à ne pas parler le français en France. Garder une langue maternelle que l’on parle entre soi, parce qu’on a un peu de nostalgie, je comprends. Mais il faut s’adapter à la société dans laquelle on vit. Sinon, cela crée de l’exclusion. Comme si les Bretons ne voulaient parler que le breton!»

Celui qui animera prochainement un jeu avec Léa Salaméreconnaît être touché voire blessé par certaines attaques notamment une Une de Charlie Hebdo. «Il paraît que je salis la langue française, un comble pour un fils de prof de français! On m’écrit que je dois retourner dans mon pays, sinon on va m’égorger...». Des messages qui l’ont poussé à porter plainte. Fier de ses origines multiples, il les présente. «J’ai du sang français, italien, protestant, arabe, juif polonais, copte, catholique. Et alors? Je suis un être humain qui respecte le pays dans lequel il vit et qui demande qu’on le respecte aussi». Toutefois, on sent un certain pessimisme chez le producteur. «Le sentiment d’insécurité existe, mais il n’a pas de couleur de peau. J’ai cru que les choses iraient de mieux en mieux, c’est devenu faux. Aujourd’hui, le petit garçon que j’étais ne grandirait sûrement pas avec les mêmes chances».

Tag(s) : #Francophonie

Partager cet article

Repost 0