Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Date : le lundi 12 mars 2007.  Lieu : Ecole primaire Mouloud Feraoun d’Akbou.

Catégories visées : enseignants de français de 5e et 6e année fondamentale.

Monsieur Seddik Ammouri, inspecteur de langue française

Thème 
: L’écrit en classe de 6 AF (activités linguistiques et expression écrite).

Intervenant à la fin du second trimestre, cette troisième opération de formation est la seule qui concernent les classes de 6 AF (dernière année du cycle primaire en Algérie). La priorité a été plutôt aux classes de 3e et 4e année primaire concernées par la dernière réforme du système éducatif. Le principal objectif visé par les organisateurs, à leur tête Monsieur Ammouri, inspecteur de langue française de la circonscription d’Akbou (département de Béjaia, en Kabylie), est l’enseignement de l’expression écrite.

La séance a débuté par une démonstration de classe présentée par une enseignante avec des élèves choisis de l’école Mouloud Feraoun. La consigne était de construire un récit sur la base d’images données dans le manuel scolaire en page 49. Ces images résument le texte « Le courage de Joe » (Voyage en ballon) précédemment étudié par les élèves. Partant de cette consigne, la maîtresse a tout bonnement « perdu les pédales » vu que les productions écrites réalisées par les élèves avec leur maître, M. Benaoudia, étaient des restitutions du texte « Le courage de Joe ». Il était plutôt question d’un travail de transcodage (transposer un message oral en message écrit) et non d’une expression libre. Ce qui lui a valu d’ailleurs des diatribes de la part des enseignants. La tache de la malheureuse enseignante fut d’autant plus ardue du fait qu’elle a eu affaire à des élèves qui n’étaient pas les siens et à qui n’a pas été donnée l’occasion de s’exprimer.

Personnellement, j’aurais aimé que les questions de la maîtresse soient posées de différentes manières (inversion du sujet, avec est-ce que, interrogation indirecte…), pour permettre à l’apprenant de s’approprier la structure de la phrase interrogative et de mieux saisir le message. Quant au temps du récit, il serait plus judicieux que les enfants le présent de la narration car il demeure le même aussi bien pour la narration que pour la description, d’autant plus qu’à ce niveau les élèves n’ont pas étudié le passé simple et l’imparfait.

La correction des productions des élèves a porté sur l’aspect phrastique (remédiation aux fautes commises sur le plan de la forme) et textuel.

Dans la foulée, M. l’Inspecteur a tenu a expliqué la théorie de Bloom et de ses niveaux taxonomiques comme suit :

Enfin, un bref rappel sur la grammaire textuelle (anaphore, cataphore, amphibologie, représentation textuelle) a été fait par M. Ammouri.                 Par Karim Kherbouche

Tag(s) : #Stages et formations

Partager cet article

Repost 0