Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

fillettes-suisses-disparues.jpgToutes les hypothèses sont possibles" dans la disparition des jumelles suisses enlevées fin janvier par leur père, y compris celle d'une complicité, ont déclaré mercredi le procureur de Marseille (sud-est de la France) et son homologue de Lausanne.
"Nous ne pouvons être convaincus de rien. Toutes les hypothèses sont possibles, même les plus étonnantes. On ne peut écarter de façon définitive aucune piste", a affirmé le magistrat français Jacques Dallest, lors d'une conférence de presse à Marseille à l'occasion d'une réunion des enquêteurs suisses, italiens et français mobilisés pour retrouver Alessia et Livia.
Le père des jumelles, le Suisse Matthias Schepp, a enlevé ses filles le 30 janvier pour les emmener dans un périple qui l'a mené à Marseille, en Corse (île au sud de la France), puis en Italie, où il s'est suicidé le 3 février. Les deux fillettes, âgées de 6 ans, n'ont pas encore été retrouvées.
"Après 15 jours d'enquête, nous avons des pièces importantes du puzzle, mais il nous en manque. Nous avons des témoignages intéressants, mais on ne peut pas s'en contenter (...) Les témoignages, qui sont nombreux, ne sont pas forcément tous corroborés par des constatations matérielles", a-t-il dit, en refusant de commenter des informations de la presse italienne selon lesquelles des traces de sang auraient été retrouvées au Cap Corse.
Même prudence du côté de Pascal Gillieron, procureur du ministère public de Lausanne. "On laisse ouvertes toutes les portes, la possibilité d'un tiers reste présente, mais nous n'avons aucune certitude à ce stade", a-t-il indiqué, interrogé sur une éventuelle complicité dans la région lyonnaise (centre-est de la France), évoquée mardi par la mère des jumelles dans un entretien au journal 20 Minutes.
En revanche, le dictaphone ayant appartenu à Matthias Schepp "n'a pas été retrouvé", contrairement à des informations de presse.
Les recherches se sont concentrées en Corse ces derniers jours après des témoignages évoquant la présence sur l'île le 1er février de l'ingénieur suisse et de ses filles. Leur mère a notamment pris part aux recherches dimanche.
Selon l'enquête, Matthias Schepp aurait quitté Bastia le soir même, apparemment seul, pour rejoindre Toulon (sud-est) puis le sud de l'Italie.

AFP
Tag(s) : #Actualité

Partager cet article

Repost 0