Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

enseignant-dans-une-salle-de-classeVoilà une des questions récurentes sur lesquelles divergent les chercheurs et les praticiens du FLE : faut-il enseigner le français exclusivement en français et obliger les apprenants à ne s’exprimer que dans cette langue en classe ? Pour moi, la réponse est oui. L’expérience a prouvé que lorsque l’on fait abusivement usage d’une autre langue dans les classes de français, les apprenants acquièrent peu de compétences de communication en FLE, ils sont plutôt attirés par un travail descriptif du français par le biais de leur langue maternelle. Cette tendance tend à s’exacerber ces dernières années en Algérie par l’usage des langues maternelles (le berbère et l’arabe algérien) par la plupart des enseignants, y compris pour enseigner le français et l’arabe classique. Je pense que c’est une erreur. 
Ibn Khaldun soutient que pour apprendre, l’élève doit prendre exemple sur son maître. Or, dans ce cas, le maître qui est censé apprendre à ses élèves à bien parler français, ne parle pas lui-même en français !        
Anthony Joubier soutient qu’« il est nécessaire de considérer la langue maternelle comme point de départ obligé à toute réflexion sur la notion même de langue étrangère comme réalité subjective »  mais cela ne signifie en aucun cas enseigner le FLE dans la langue maternelle de l’élève mais la maîtrise de la langue maternelle par l’enseignant du FLE et par les élèves est un atout indéniable sur un plan didactico-pédagogique. En effet, bon nombre d’erreurs que commettent les apprenant en français sont la cause d’un calque de la langue maternelle et de sa méconnaissance tant par l’enseignant que par l’apprenant lui-même.      

Par Karim Kherbouche

Tag(s) : #Opinion

Partager cet article

Repost 0