Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

dora.jpg“Dora l’exploratrice”, l’héroïne éponyme du dessin animé diffusé par TF1 depuis l’an 2003, continue d’exercer un effet de star sur les enfants aux quatre coins du globe. A Akbou, beaucoup d’enfants l’admirent passionnément.     

En effet, il suffit d’évoquer ce dessin animé pour voir leurs yeux briller d’enthousiasme. C’est le cas, à titre d’exemple, de ces élèves de l’école primaire Mouloud-Feraoun que nous avons approchés sur la place Colonel Amirouche. «Chaque matin, avant de partir à l’école, je regarde mon dessin animé préféré, “Dora l’exploratrice” en l’occurrence», nous dit Nassim. Ses camarades se sont rassemblés dès qu’ils ont entendu les noms de Dora et Babouche et se mettent tous à parler avec autant de frénésie. Nassim, visiblement plus fan que les autres,  n’hésite pas à nous répéter les expressions qui reviennent souvent dans cette série, telles que   «Chipeur, arrête de chiper !», «si tu dois aller quelque part, je te guiderais tu peux me croire, je suis la carte…», «C’est gagné, c’est gagné oui Didi c’est gagné !», etc. Dans leurs propos, on comprendrait que chacun de ces chérubins voulait dire : «ma Dora à moi» !       «Ce dessin animé nous entraîne dans un monde fascinant, sans violence et loin des gadgets du monde moderne ; il permet à l’enfant de rêver et de s’épanouir. Je le trouve aussi  instructif», estime B. Hafidh, éducateur.  Dans le monde justement de “Dora l’exploratrice”,  tout parle : le buisson, le sac à dos, Babouche le singe, la carte géographique, le tout, absolument tout. La plupart des personnages sont bilingues, comme Dora, certains (personnages secondaires) sont seulement anglophones. Le but recherché est sans doute de prédisposer l’enfant à l’apprentissage de la langue anglaise. En outre, le choix du français facile de Dora n’est pas fortuit, il permet à l’enfant d’apprendre cette langue en se passant des concepts linguistiques trop abstraits pour lui. Soulignons aussi l’autre atout de cette série qui est l’interactivité. Dora demande aux enfants de lui indiquer le chemin, d'identifier une couleur ou le cri d'un animal, etc. Et elle marque une pause pour leur permettre de répondre. Par ailleurs, “Dora l’exploratrice” est sans relation précise avec le temps et l’espace géographique. De par son lien avec la nature et son multiculturalisme, elle est un vecteur de tolérance qui œuvre aux échanges et à l’amitié entre les enfants du monde entier. Chaque matin, Dora et son meilleur ami Babouche, emmènent les enfants dans une nouvelle aventure, aidés par la Carte et d’autres personnages, à l’image de Veran le varan, mister Ticcow, Totor le taureau (eh oui ! parce que beaucoup aiment bien l’aider notre Dora!). Il s’agit à chaque fois d’atteindre un point où peut les emmener leur mission et ce, en faisant face à une succession de petites épreuves. Et bien sûr, tout en prenant soin de ne pas se faire chiper par le sournois de Chipeur le renard ! La fin de chaque aventure est toujours heureuse.  Enfin, dans la version originale de cette émission créée par la chaîne américaine Nickelodeon, Dora parle anglais et apprends quelques notions d'espagnol. Aujourd’hui, elle est diffusée dans plus de 125 pays et traduite dans 24 langues. Elle a donné son nom à des jouets, poupées, jeux de carte, puzzles, brosses à dents, et j’en passe, et ces produits rencontrent tous autant de succès planétaires.    

Karim Kherbouche


Tag(s) : #Francophonie

Partager cet article

Repost 0