Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

L’épreuve de français dans l’examen de fin de cycle primaire

L’épreuve de français de fin de cycle primaire est un outil d’évaluation qui sert d’aide à la décision pédagogique pour le passage de l’école primaire au collège. Cette épreuve mesure l’atteinte de l’OTI défini ainsi :

Au terme de la 5e AP, l’élève sera capable de produire, à partir d’un support oral ou visuel (texte, image), un énoncé oral ou écrit en  mettant en œuvre les actes de parole exigés par la situation de communication.

L’atteinte de l’OTI par l’apprenant certifie la maîtrise d’un niveau de compétences qui assure le passage vers le cycle moyen et permet d’aborder des situations d’apprentissage plus complexes.

    L’épreuve élaborée devra donc couvrir de manière globale les compétences et les connaissances acquises en langue étrangère durant les trois années du cycle primaire. Elle  proposera une évaluation des compétences en compréhension de l’écrit et en expression écrite. Cette dernière est présentée sous forme de situation-problème.

    Pendant la  résolution de cette situation-problème, le candidat, placé devant une situation d'intégration par le biais d’un protocole d’évaluation, mobilisera et coordonnera des connaissances acquises au cours du cycle.

   

 Protocole d’évaluation

Le protocole d’évaluation s’appuie sur un texte  suivi de questions et accompagné d’une grille d’évaluation.

    Le texte  sert de support pour l’évaluation des compétences relevant des domaines de la compréhension, de la reconnaissance des éléments linguistiques et de la production de textes. Les questions de compréhension et d’analyse visent l’évaluation des compétences relatives aux domaines de l’écrit/réception et de l’écrit/production. Elles ciblent la recherche d’informations explicites dans le texte, des mises en relation voire des inférences ainsi que le traitement des faits linguistiques (lexique, syntaxe et morpho- syntaxe) à des fins de compréhension et de production écrite.

  • Le texte proposé doit:

-    appartenir à la culture scolaire des élèves,

-    être d’accès facile pour que le candidat puisse le lire de manière autonome sans aide extérieure (enseignant, dictionnaire…),

-    être cohérent et présenter une unité sémantique,

-    être d’une  longueur ne dépassant pas 120 mots

-    être référencé.

    Le texte pourrait être accompagné d’une illustration ou d’un schéma pour en faciliter la compréhension.

  • Les questions prendront différentes formes :

- QCM (Questions à choix multiple),

- questions vrai-faux,

- questions oui/non et justification de la réponse,

- classement,

- complétion,

- question ouverte dont des éléments de réponse figurent dans le texte ...

 

Le concepteur de l’épreuve veillera à établir et à fournir une grille de correction critériée. La grille de correction doit comporter :

-    des critères d’évaluation comme la pertinence de la production, la cohérence sémantique ou la correction de la langue,

-    1 critère de perfectionnement avec 1ou 2 indicateurs comme l’originalité de la production ou la présentation de la copie,

-    des indicateurs qui démultiplient les critères,

-    un barème chiffré.

                Le  contenu, la longueur du texte et le nombre de questions tiendront compte  de la durée de l’épreuve.

 

Structure  de  l’épreuve

   L’épreuve de français comportera obligatoirement deux parties :

 

I/ La Compréhension 

Elle consiste en l’étude d’un texte court narratif, descriptif, documentaire ou dialogué, en relation avec les objets d’étude et les thèmes retenus dans le programme.

         Le candidat devra lire, analyser et comprendre un texte à l’aide de questions qui porteront sur:

- l’organisation du texte,

  - les réseaux de signification (ou tous les éléments linguistiques qui assurent la cohésion  du texte), et l’amèneront à réagir face à ce texte en réponse à une question ouverte dont la réponse figure explicitement dans le texte.

Ces questions qui sont des questions de compréhension et d’analyse doivent viser aussi bien les premiers niveaux taxonomiques (à savoir la connaissance et la  compréhension) que ceux relevant de l’analyse et de la synthèse. Pour évaluer la compréhension de l’écrit, il faut savoir qu’une série de tâches est possible. Ces tâches répondent à des objectifs précis et sont formulées dans des consignes ou des questions claires.

          

   Exemples de  tâches :

-   Identifier le texte : Ce texte raconte une histoire, décrit un paysage ou donne une liste ? Par quelle formule commence le texte ? Pourquoi ? Quels sont les mots qui introduisent chaque étape ?

-   Retrouver les éléments de la situation de communication (lieu, temps, personnages, propos) : Où se passent les événements ? A quel moment se déroule cet événement : le matin, à midi, le soir ? Cite le nom du personnage principal. Retrouve les répliques de chaque personnage.

-   Inférer : Que peux-tu conclure des événements décrits ? Justifie ta réponse en relevant 2 mots. Quelle qualité caractérise ce personnage après une telle action : la générosité, la franchise ou la gentillesse ?

-   Justifier la  ponctuation : Le point d’exclamation exprime-t-il la joie, la peur, la surprise ou la colère? Pourquoi le titre du texte est-il donné sous forme de question ? Replace les signes de ponctuation…

-   Reformuler : Réécris cette phrase à ta façon .

 

II/ La Production écrite

       La deuxième partie de l’épreuve prendra la forme d’une situation problème.

Elle a pour objectif d’amener le candidat à une production écrite. Celle-ci doit se situer dans la suite de la compréhension de l’écrit : le thème  de l’écrit à produire sera en rapport  celui  texte support proposé.

      Le candidat est appelé à produire un texte répondant à une consigne d’écriture rédigée de manière claire et précise pour l’amener, soit :

- à raconter un événement vécu ou imaginaire,

          - à expliquer un processus,

- à rédiger une fiche documentaire,

          - à transformer ou compléter une histoire.

Des documents supports supplémentaires peuvent être proposés au candidat comme par exemple : un document authentique (une liste, une facture, une notice, un schéma…), un extrait de texte, un poème... afin de lui permettre d’opérer un tri parmi ces documents dont 1 ou 2 peuvent être utiles à la résolution de problème et les autres seront des documents parasites comme dans une situation authentique.

Placé ainsi en situation autonome d’écriture, le candidat mettra en œuvre sa compétence de scripteur en réalisant la tâche demandée. En cette fin de cycle du primaire, en langue étrangère 1, les exigences doivent être limitées à une production écrite qui doit être courte (une trentaine de mots). La production réalisée sera alors évaluée grâce à la grille d’évaluation critériée.

 

 

        Tous les développements et toutes les explications nécessaires à l’application de ce programme de 5e Année Primaire sont contenus dans le document d’accompagnement. On y trouvera également des recommandations de pratiques pédagogiques à même d’aider l’enseignant.

 

In Programme de français de Cinquième année primaire

Ministère de l’Education Nationale

                                                                 Commission nationale des programmes

Composition-5AF-1.JPG

Composition-5AF-2.JPG

 

 

 

 

 

 

 

Tag(s) : #Langue française