Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PorteurEre-copie-1.pngLe moins que l'on puisse dire est que l’expérience algérienne en matière d’éducation environnementale scolaire reste au stade de balbutiement. Pis, on a l’impression qu’il y a un net recul sur cette question ces dernières années. Il suffit d’une petite virée dans nos écoles pour constater de visu que l’environnement scolaire semble se départir même de ses espaces verts bien entretenus qui l’embellissait.

Qu’en est-il du projet ALG/94/006 relatif au renforcement des capacités dans le secteur de l'environnement, l'introduction de l'éducation environnementale dans le système scolaire algérien ? Ce projet lancé officiellement le 02 novembre 2002 dans 7 départements pilotes  a touché 153 écoles des quatre paliers de l'enseignement fondamental et secondaire dans une première phase et dont les cours sont intégrés au même titre que les autres matières, au programme scolaire. Des enseignants furent formés durant l’été 2000, dans le département d’Annaba (ex-Bône) pour encadrer cette opération qu’on entendait élargir à l’échelle nationale. Plus de onze ans plus tard, cette opération s’ajoute aux nombreux « éternels chantiers » que compte le pays ! 

Dans la dernière réforme éducative, il y a une abondante littérature sur l’éducation à l’écologie. Sur le terrain, les mesures ministérielles prises à ce titre restent sans suite et bute généralement à l’élément humain qui fait défaut ? La formation des enseignants demeure insuffisante, voire inexistante dans certains départements. C’est en tout cas, le cas du département de Béjaia où je travaille. Les spécialistes n’ont de cesse de tirer la sonnette d’alarme sur la gravité de la situation mais leur appel de détresse entre par une oreille et sort par l’autre. Le manque de conscience environnemental chez le peuple est tel qu’il n’y a aucun parti Vert parmi les dizaines de partis politiques agréés par l’Etat. C’est dire que tout est à faire mais le vaut la peine.

C’est à juste titre les cours qui m’ont fait prendre conscience de ma conscience environnementale et ont changé radicalement ma vision de l’éducation écologique. Les textes officiels à même d’assurer le bon déroulement d’activités de formation de l’apprenant à l’environnement existent, autant en faire usage à bon escient. C’est là qu’intervient l’élément humain avec sa volonté, ses idées, ses passions, son sens de la responsabilité vis-à-vis de ses semblables et son milieu. Ce sont, en fait, les initiatives qui manquent.

Karim Kherbouche

Partager cet article

Repost 0