Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

evaluation-primaireC’est une condition textuelle qui exige la présence d’une relation logique et non contradictoire entre les phrases du texte, et réalise son unité. Elle peut être implicite (la ponctuation) ou explicite, ce qui veut -dire qu’elle exige la présence des organisateurs et des marqueurs de relation.

1. Introduction

Un texte n’est pas une simple succession de phrases, il constitue une unité spécifique. Quand on passe de la phrase au texte, on étend le champ de l’analyse grammaticale ou linguistique ; on fait appel à tout un savoir sur le monde. L’unité du texte est le résultat d’une construction qui s’appuie sur l’interaction de multiples indices répartis sur les différents plans du texte.

Qu’il s’agisse de cohésion, de cohérence ou de pertinence, une question demeure : Comment s’exprimer avec logique et clarté ? Dans une perspective de l’enseignement du FLE, il est indispensable de réfléchir sur cette question afin d’aider les apprenants à bien comprendre et produire un texte en français. Ce qui suppose une nouvelle approche du texte qu’ignore la grammaire traditionnelle longtemps enseignée aux étudiants syriens.

Définition

C’est une condition textuelle qui exige la présence d’une relation logique et non contradictoire entre les phrases du texte. Pur qu’un texte soit cohérent, il faut que le développement s’accompagne d’un apport sémantique constamment renouvelé.

Chaque phrase apporte donc quelque chose de nouveau, qu peut être une addition de renseignement, une justification, une conséquence, un but, une condition, une précision de temps ou d’un lieu, une comparaison, une opposition, une cause, une consécution, une explication, une hypothèse, une introduction d’un nouvel élément, une définition…

Cet acte de cohérence peut être signalé par des verbes suivants :

  • Compléter, continuer, ajouter ;
  • Argumenter, accentuer, appuyer, exemplifier, justifier, motiver, comparer, énumérer ;
  • Expliquer, expliciter, préciser, identifie…
  • Répéter, reformer, paraphraser, corriger, se corriger ;
  • Répondre, s’exclamer, défendre, nier, réfuter, excepter, critique…
  • Conclure, résumer… 

Problème de typologie

La reconnaissance de la cohérence d’un texte dépend des types et des genres de discours auxquels on le rattache. Le genre du texte joue un rôle fondamental sur son mode d’organisation et les attentes du public ; donc sur l’évaluation de leur cohérence. Les énoncés ne s’enchaînent pas de la même manière selon l’on a affaire à une séquence narrative, argumentative, descriptive ou explicative. C’est la raison pour laquelle on demande aux enseignants de varier les types de textes à utiliser dans leurs cours. 

2. La Cohérence implicite :

Un texte est implicitement cohérent, quand la relation entre ses phrases est assurée par des signes de ponctuation. Ces signes ne servent pas seulement à séparer les phrases, les propositions et les mots pour obéir à un besoin de clarté ou pour marquer une intonation, ils peuvent aussi marquer une nuance de la pensée, une relation logique entre les phrases. Ils doivent être logiquement interprétés selon le contexte. 

Rappel

Les signes de ponctuation cliquer ici 

3. La cohérence explicite

Pour qu’un texte soit explicitement cohérent, il faut que la relation logique entre ses phrases soit exprimée par des connecteurs textuels, que l’on appelle aussi organisateurs ; et par des marqueurs de relation. 

3.1 Les connecteurs textuels (organisateurs)

Ce sont des marqueurs qui servent à l’articulation des parties du texte en indiquant les transitions, l’ordre et la progression des arguments. Ils permettent au lecteur de comprendre comment est découpée la pensée, comment elle s’organise et comment elle évolue.

Le rôle des organisateurs textuels consiste – comme celui des marqueurs de relation – à assurer la cohérence du texte.

Pour parvenir à exprimer une pensée claire et logique et à se faire bien comprendre du lecteur, on doit savoir faire un usage judicieux des organisateurs textuels.  

Rappel

Valeurs de l’organisateur textuel cliquer ici 

3.2. Les marqueurs de relation

Les marqueurs de relations sont des prépositions, des coordonnants et des subordonnants qui indiquent de manière explicite le lien entre les unités syntaxiques qu’ils relient. En établissant ainsi des relations entre les mots, les phrases et les paragraphes, les mar­queurs jouent un rôle primordial : ils assurent la cohérence nécessaire à toute commu­nication et, par le fait même, une meilleure compréhension par le lecteur.

Dans l’exemple *Il est primordial vous participiez cette réunion assurer une participation très large, il a suffi qu’on enlève trois marqueurs de relation (un subordonnant et deux pré­positions) pour que le message devienne confus. En les rétablissant, tout s’éclaire : Il est primordial que vous participiez à cette réunion pour assurer une participation très large. C’est dire l’importance des marqueurs de relation dans l’écriture. Lire la suite

 

5. Analyse de quelques types de faute de cohérence Cliquer ici

6. Activités possibles Cliquer ici

Tag(s) : #Didactique

Partager cet article

Repost 0