Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

46312773.jpg

L’échec scolaire est principalement de nature inhibitoire et, souvent, en relation avec la problématique oedipienne de l’enfant. Si la pulsion sexuelle (le désir) vise une satisfaction qui ne peut être réalisée ou qui est dangereuse, l’enfant adopte différentes stratégies psychiques inconscientes, comme :

- L’inhibition de la pulsion ;

- Le refoulement des représentations liées à cette pulsion, qui débouche sur la création du symptôme en tant que solution de compromis ; 

- La décharge motrice immédiate (le passage à l'acte) ;

- La sublimation qui consiste à substituer à l'objet de la satisfaction un autre objet plus valorisé ou plus conforme aux exigences culturelles et sociales. 

 

Freud distingue deux types d’inhibition. Le premier type est celui d’une inhibition « pure », c'est-à-dire une inhibition-mécanisme ou inhibition d’évitement. Celle-ci est une inhibition normale et elle nous permet de vivre en société. Le second type d’inhibition est une conséquence d’un symptôme, qu’il soit obsessionnel, hystérique ou phobique. Freud illustre cela par le cas du petit Hans dont « l’angoisse est le signal de la menace de castration (être mordu par le cheval, objet phobogène), le symptôme phobique correspond au mécanisme qui substitue le cheval à la figure du père, et l'inhibition apparaît comme le résultat de l'angoisse et une conséquence du symptôme : la limitation des sorties dans la rue pour éviter de rencontrer le cheval d'angoisse ». L’inhibition symptomatique présente un avantage dans le traitement psychanalytique : elle cesse dès lors que le symptôme a disparu. Ce n’est pas le cas de l’inhibition-mécanisme qui est difficilement accessible aux tentatives thérapeutiques. Les cas des enfants que l’on juge débiles et qui présentent des déficiences intellectuelles ne sont en réalité que des pseudo-débiles. Les entraves de ces enfants dans leur accès au savoir sont souvent liées à leur névrose infantile qui est elle-même en rapport avec la problématique oedipienne.

L’éducateur emprunte des voies parfois détournées, fait preuve de beaucoup d’imagination, d’engagement et de patience pour parvenir à mobiliser chez l’enfant les potentialités inhibées.

Par Karim Kherbouche

Tristan Garcia-Fons (2004), Psychanalyse et pédagogie, texte d’une conférence (Internet)

Lucette Colin, EC Désir de savoir et ses aléas, Séquence 2, La période d’investigation sexuelle infantile : une mise en acte saisissante du désir de savoir. P3

Tristan Garcia-Fons (2004), Psychanalyse et pédagogie, texte d’une conférence (Internet)

 

Tag(s) : #Psychologie

Partager cet article

Repost 0