Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

PiagetDes chercheurs comme le célébrissime psychologue suisse Jean Piaget (1896-1980) furent à l’origine de ce courant qui révolutionna les conceptions pédagogiques en faisant de l’apprenant l’acteur de sa propre formation ; il co-construit son savoir avec l’enseignant. Ce dernier devient tuteur, il fait appel à l’expérience de chaque apprenant, guide les stratégies d’apprentissage de chacun, informe, explique, accompagne, donne des pistes de réflexion et de recherche, aide à construire des méthodes, confronte les élèves à des situations problèmes…

La démarche constructiviste est structurée en 4 temps :

1-Le processus d’assimilation : Confrontation de l’apprenant à un problème qu’il tente de résoudre en mobilisant son savoir.

2-Le conflit cognitif : si l’apprenant ne parvient pas à dénouer cette situation-problème dans le premier temps, il se sent déstabilisé momentanément. Cet état de déséquilibre est appelé conflit cognitif. 

3-L’accommodation : l’apprenant persévère dans sa recherche pour résoudre le problème auquel il est confronté. Il revisite ce qu’il sait et construit les connaissances qui lui manque à partir de ce qu’il sait déjà. Il s’accommode au problème.

4-Le processus d’équilibration majorante : Petit à petit, l’apprenant parvient à résoudre le problème. L’équilibre revient. Ce processus dit d’équilibration majorante lui permet de réajuster et de restructurer ses connaissances de manière à résoudre de nouveaux problèmes.

 

Ce modèle favorise l’autonomie de l’apprenant et ne considère plus celui-ci comme un « vase vide à remplir » mais comme un être ayant une expérience, un passé et des connaissances (pré-requis). Il vise à le doter de nouvelles compétences. L’apprenant devient alors actif et acteur de son apprentissage. Il ne se contente pas de reproduire le discours du maître mais il manipule les idées, les concepts, les raisonnements et met en place des stratégies de résolution de problèmes. En outre, les apprentissages sont en lien avec les centres d’intérêts de l’élève, ce qui constitue une source de motivation pédagogique.

Toutefois, comme tout modèle, le constructivisme a limites et chacun peut le juger selon qu’on voit un verre à moitié pleine ou à moitié vide. Sur le terrain pratique, les enseignants constatent, à titre d’exemple, la lenteur des apprentissages souvent incompatibles avec le besoin d’opérationnalité immédiate des apprenants. Le temps d’intervention est difficile à maîtriser, les groupes doivent être peu nombreux. Les enseignants consacrent trop de temps à la préparation…

Par Karim Kherbouche

Tag(s) : #Pédagogie

Partager cet article

Repost 0