Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cette rubrique s’intéresse  à l’étude comparative entre les deux systèmes phonétiques kabyle et français. Son but est de repérer les différences et, partant, les difficultés que rencontreraient les élèves kabylophones dans leur apprentissage de la langue française. Je ne prétends pas y exposer une étude exhaustive, les avis des internautes et tout particulièrement des enseignants de français en Kabylie m’intéressent au plus haut point, alors n’hésitez pas à me laisser un commentaire. Merci.     

 

Le Kabyle est la variante berbère parlée en Kabylie, une région de l’Algérie. C’est la langue berbère la plus parlée, il y a plus de huit millions de locuteurs dont la majorité est concentrée dans les wilayas (département) de Tizi Ouzou, de Béjaia (Bougie) et de Bouira.   

Le kabyle, à l’instar de toutes les autres variantes du berbère (tamazight), ne comporte que trois voyelles orales, plus une voyelle de lecture :

-« a » est moins ouvert qu'en français, entre le [a] et le [ ε]. Ex. Aman (l’eau).

-« i » se prononce entre le [i] et le [e] français. Ex. Izimer (Un agneau)

-« u  » se prononce [u] comme le « ou » du français. Ex. Uzzu n tayri (Le chagrin d’amour) 

F Le « e » [ə ] est appelé schwa ou « ilem » en kabyle. Il se prononce à peu près comme le « e » anglais de « children ». Il n’est pas considéré comme une voyelle, c’est plutôt une sorte de lubrifiant phonétique dont le rôle est de faciliter la prononciation.

En Kabyle, la réalisation phonétique des sons voyelles est le résultat de l’influence des consonnes voisines.

Exemples : Les consonnes emphatiques (é, î, v, q, $)

                     A$r u m [aRrɔ m] (du pain)

                      Uv a n [od a n]

En général, les élèves de Kabylie ne rencontrent pas de difficultés pour prononcer les voyelles du français n’existant pas dans leur langue maternelle tant le français ne leur est pas vraiment une langue étrangère. Nous y reviendrons dans nos prochaines leçons sur ce blog.       

Par Karim Kherbouche

Tag(s) : #Phonétique française

Partager cet article

Repost 0