Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Kateb Yacine 1

Dès sa publication, en 1956, en pleine guerre d’Algérie, Nedjma s’est imposé comme le roman fondateur de la littérature algérienne moderne. 

 Écrit pour l’essentiel avant le 1er novembre 1954, date du déclenchement de l’insurrection, il a été lu comme une somme sur l’Algérie colonisée annonçant sa nécessaire libération. Kateb Yacine (1929-1989) devait souligner lui-même qu’ «il s’agissait à l’époque de montrer en français que l’Algérie n’était pas française».
Mais Nedjma rompait aussi avec la littérature de témoignage direct sur la colonisation. D’ailleurs – fait inhabituel – le roman était précédé d’un «avertissement» attribué aux «éditeurs» qui y relevait des procédés narratifs «parfois déconcertants pour le lecteur européen» et qui, afin d’éviter à ce lecteur de se perdre dans une intrigue qui n’en était pas une, en proposait un résumé.
Les références se sont accumulées pour situer cet objet incongru qu’était donc Nedjma: on l’a rattaché à une filiation faulknérienne, voire à la mouvance du Nouveau Roman; plus habilement, l’«avertissement» des éditeurs y détectait les traces nombreuses de la tradition littéraire arabe.

 1. Une construction fragmentée
NedjmaLa construction du roman ne peut en effet que désorienter le lecteur: la chronologie est brouillée, les points de vue narratifs sont multiples, partagés entre celui d’un narrateur extérieur et ceux de quatre personnages principaux dont le roman épouse parfois les flux de conscience. Formellement, celui-ci est divisé en six parties, qui se subdivisent en douze (ou deux fois douze) chapitres ou séquences, plus ou moins brèves, parfois limitées à une demi-page. Ces fragments sont numérotés de I à XII et la numérotation, comme celle des horloges, recommence au début lorsqu’un cycle duodécimal est achevé. Cette construction circulaire est soulignée par le retour littéral de la séquence initiale dans les dernières pages du livre. Quelques motifs récurrents (le couteau qui circule de mains en mains, la répétition de scènes de torture) imposent une atmosphère continue de violence. Mais il n’y a aucune unité de ton ni de genre: la construction éclatée juxtapose récit traditionnel rapporté par un narrateur (on a parfois vu dans les premières séquences un pastiche du Camus de L’Étranger), scènes dialoguées, fragments de journaux intimes, monologues intérieurs, textes poétiques, etc.

2. Une autobiographie plurielle
Cette complexité de construction, les brouillages textuels, la juxtaposition d’éléments d’ordre et de temporalité différentes font de la lecture le déchiffrement et la reconstruction d’une histoire de famille éclatée. Une «autobiographie plurielle», disait Kateb Yacine. En effet, le récit s’organise autour de quatre jeunes gens, Rachid et Mourad, les citadins, Lakhdar et Mustapha, les campagnards, quatre cousins (qui se révèlent frères pour Lakhdar et Mourad), descendants du même ancêtre tribal, Keblout, et amoureux de la même femme, la mystérieuse Nedjma, mariée à Kamel (qui est peut-être son frère). Nedjma est la fille d’une Française, peut-être d’origine juive, qui a multiplié les liaisons avec des amants arabes:«Étoffe et chair fraîchement lavées, Nedjma est nue dans sa robe; elle secoue son écrasante chevelure fauve, ouvre et referme la fenêtre; on dirait qu’elle cherche, inlassablement, à chasser l’atmosphère, ou tout au moins à la faire circuler par ses mouvements; sur l’espace frais et transparent de la vitre, les mouches blotties se laissent assommer ou feignent la mort à chaque déplacement d’air...» Elle est peut-être la fille de Si Mokhtar, aventurier fantasque et mythomane, qui aide Rachid à enlever Nedjma pour la conduire au Nadhor, berceau mythique de la tribu des Keblouti.
La charge mythique de cette histoire de famille bousculée et morcelée est éclatante. Démêler la généalogie des Keblouti, c’est retrouver une identité perdue, tenter de ressouder la continuité brisée par la colonisation. Le roman montre à la fois la nécessité et l’impossibilité de cette remontée aux origines tribales. Le personnage de Nedjma (dont le nom signifie «étoile» en arabe) peut être lu comme une incarnation mythique de l’Algérie, dans sa radieuse beauté métisse et méditerranéenne. Mais le roman laisse l’interprétation largement ouverte.
Les personnages et les thèmes de Nedjma apparaissaient déjà dans des poèmes («Nedjma ou le poème ou le couteau», dans le Mercure de France, 1948); ils réapparaissent au théâtre dans Le Cadavre encerclé ou le montage de La Femme sauvage. La version du roman publiée en 1956 a été sans doute remaniée et amputée à la demande de l’éditeur. Des fragments du roman primitif ont été insérés dans Le Polygone étoilé (1966). Il vaudrait la peine de tenter de reconstituer ce qu’a été le projet romanesque de Yacine dans son élan premier.
  


Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0