Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Malika-Mokeddem.jpgNéphrologue à Montpellier. Epoux français. Née le 5 octobre 1949 à Kenadsa. Etude de médecine à Oran, puis à Paris. Elle s'installe à Montpellier en 1979. Elle arrête l'exercice de sa profession en 1985, pour se consacrer à la littérature. Prix Littré, prix collectif du festival du Premier roman de Chambéry, et prix algérien de la fondation Nourredine Aba pour son premier roman publié en 1990, "Les Hommes qui marchent". Prix Afrique -Méditerranée de l'ADELF en 1992, pour son second roman "Le Siècle des sauterelles". Prix Méditerranée, Perpignan, pour "L'Interdite", en 1994. 

Mes-hommes-de-Malika-Mokeddem.jpgBibliographie

  • Siècle des sauterelles (Ramsay, 1992)
  • L'interdite (Grasset, 1993)
  • Des rêves et des assassins (Grasset, 1995)
  • Les Hommes qui marchent (Ramsay, 1990)
  • La Nuit de la lézarde (Grasset, 1998)
  • N'zid (Grasset, 2001)
  • La transe des insoumis (Grasset, 2003)
  • Mes hommes (Grasset, 2005)
  • Je dois tout à ton oubli (Grasset, 2008)

Extrait de son roman "Mes hommes":

Un jour que je venais de te remettre mon salaire, tu m'as flatté le dos en affirmant : « Ma fille, maintenant tu es un homme ! » J'avais réprimé mon rire devant l'incongruité de cette promotion. Nos disputes ont cessé. Nos échanges aussi. Tu n'étais plus un danger pour moi. Mes combats se livraient ailleurs. Hors de la maison et de la famille. Un fossé s'est creusé, de plus en plus, entre nous. Et de loin et loin, je constatais la mutation de ta peur de moi en peur pour moi. Mais rien n'était jamais dit, mon père.

Le silence entre nous remonte à dix ans avant mon départ de l'Algérie. À mes quinze ans fracassés. J'écris out contre ce silence, mon père. J'écris pour mettre des mots dans ce gouffre entre nous. Lancer des lettre comme des étoiles filantes dans cet insondable opacité.
Je n'ai que cette vie-là, mon père. Moi, je ne crois pas en l'éternité pour laquelle tu pries.
Je t'ai quitté pour apprendre la liberté. La liberté jusque dans l'amour des hommes. Et je te dois d'avoir toujours su me séparer d'eux aussi. Même quand je les avais dans la peau. Lorsque l'amour s'emmure en prison, vire en amertume, en jalousie, je déguerpis. Je ne veux pas renoncer à en attendre le meilleur.

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0