Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le-grain-magique-Taos-Amrouche.JPGLe texte de Taos Amrouche est proposé aux apprenants dans le cadre du projet n°2, qui vise la structure du texte narratif. Précisons qu’à partir de la 4e année primaire, l’enseignement de la grammaire et de la typologie du texte est explicite. Les apprentissages linguistiques sont envisagés dans l’optique de l’approche communicative. 

C’est pour la première fois, sans doute,  qu’une œuvre de Taos Amrouche soit officiellement enseignée dans l’école algérienne. Sachant que l’œuvre de la première romancière algérienne a toujours été sciemment victime d’exclusion dans son propre pays, l’acte ne peut être que chaleureusement salué par ceux qui aspirent à une Algérie plurielle. 
En effet, les enseignants de la langue française ont eu l’agréable surprise de découvrir inclu dans la nouvelle version du manuel de la cinquième année primaire, le conte Le Chêne de l’Ogre, extrait de Le Grain Magique, l’une des œuvres écrites par Taos Amrouche. Ce conte rendu célèbre grâce à la chanson d’Idir Vava Inouva, traduite dans de nombreuses langues, contribuera à réconcilier l’apprenant avec son environnement socioculturel. Soulignons que la version française de Vava Inouva est disponible sur Internet. Il serait pédagogiquement intéressant, après l’étude de ce conte, d’apprendre aux apprenants cette chanson, d’autant plus que la mélodie est connue chez les enfants algériens.    
Le texte de Taos Amrouche est proposé aux apprenants dans le cadre du projet n°2, qui vise la structure du texte narratif. Précisons qu’à partir de la 4e année primaire, l’enseignement de la grammaire et de la typologie du texte est explicite. Les apprentissages linguistiques sont envisagés dans l’optique de l’approche communicative. 
Par ailleurs, ce qui retient l’attention, a priori, dans la version revue et améliorée du manuel de français de la cinquième année primaire, c’est sans doute l’allègement des contenus, opéré par le département de Benbouzid dans le cadre de la mise en œuvre de la réforme éducative.
Le livre en question contient 4 projets didactiques de 3 séquences chacun. Chaque projet débouche sur une situation d’intégration, ou situation problèmes – qui est une situation d’apprentissage qui a pour but de créer un espace de réflexion et d’analyse autour d’un problème à résoudre, permettant du coup, à l’élève de mobiliser ses savoirs (des graphèmes, des lettres, des sons, des mots, etc.), ses savoir-faire (conjuguer un verbe, accorder un verbe, mettre des mots au féminin, au pluriel,…) ainsi que ses savoir-être (autocorrection, vérification de ses phrases,…) pour résoudre une situation de la vie courante (s’exprimer couramment dans les situations de la vie de tous les jours, écrire une lettre, remplir un formulaire, etc.)
Enfin, l’illustration demeure, hélas, le parent pauvre des derniers manuels scolaires élaborés par la tutelle.
A la place d’une image ou d’un dessin d’auteur, on retrouve des cliparts ne reflétant pas, dans la plupart des cas, les contenus des textes et, du coup, n’aident pas l’élève à s’imprégner du message véhiculé par le texte.   

 

Karim Kherbouche

 

Taos-Amrouche.jpgMarie Louise Taos Amrouche, romancière kabyle 

Tag(s) : #Littérature

Partager cet article

Repost 0