Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un « mooc » pour aider les lycéens à s’orienter

Dans le prolongement de son programme pour l’égalité des chances, l’Essec, prestigieuse école de commerce, a réalisé un cours en ligne pour aider les enseignants à accompagner leurs élèves dans leur choix d’études supérieures.

Ce « mooc » (1), unique en son genre, est testé depuis la semaine dernière dans seize lycées de la région parisienne, notamment dans la zone d’éducation prioritaire de Saint-Ouen-l’Aumône (Val-d’Oise).

En ce début d’après-midi, les terminales S du lycée Edmond-Rostand de Saint-Ouen-l’Aumône ont rendez-vous avec Hélène Dive, leur enseignante de physique-chimie et professeur principal.

Au programme aujourd’hui, ni catalyse ni cinétique. Les ordinateurs portables ont remplacé le matériel de laboratoire. « Ceux qui le souhaitent peuvent aussi se connecter depuis leur téléphone », glisse l’enseignante en présentant le cours en ligne sur lequel ils vont plancher en classe, à raison de sept séances d’une heure, mais aussi à la maison.

« Vous pouvez regarder certaines des vidéos avec vos parents »,suggère-t-elle, consciente que dans cette zone d’éducation prioritaire, les familles sont souvent aussi désarçonnées que leurs enfants en matière d’orientation, l’objet même de ce « mooc » hébergé sur la plate-forme France université numérique mais pour l’instant accessible uniquement à des établissements pilotes.

> À lire aussi : Suivre un cours en ligne, mode d’emploi

COMPRENDRE LE FONCTIONNEMENT DE L’ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR

La séance démarre par la projection de brefs témoignages de trois jeunes gens qui racontent comment, au sortir du lycée, ils ont choisi – parfois par défaut, faute d’accompagnement – une voie de l’enseignement supérieur, comment ils ont dû persévérer, surmonter leurs doutes, voire leurs complexes, comment les études leur ont ouvert l’horizon…

« Quel message retenez-vous ? », interroge Hélène Dive. « Si ces étudiants ont réussi, alors pourquoi pas nous ? », s’exclame spontanément, rasséréné, un élève, comme en référence au programme d’égalité des chances « Une grande école pourquoi pas moi ? » conduit depuis par l’Essec, l’école de commerce qui a élaboré ce mooc.

L’objectif du cours ? Aider les lycéens – et aussi leurs enseignants, invités à puiser dans ses multiples ressources en ligne – à comprendre le fonctionnement de l’enseignement supérieur, y compris dans ses aspects les plus concrets, comme le système de bourses et les aides au logement.

L’ORIENTATION, ÇA SE TRAVAILLE

Leur donner des clés pour bâtir un projet. « Lorsque vous formulerez vos vœux de poursuite d’études, il vous faudra faire trois types de choix : des choix de cœur, des choix de raison et aussi des choix de secours, pour le cas où vous ne seriez pas pris dans des filières sélectives ou à capacités réduites, soumises à tirage au sort », conseille l’enseignante, avant de distribuer un schéma résumant l’architecture de l’enseignement supérieur.

Par petits groupes, casque audio sur les oreilles, les élèves visionnent un court film animé puis retracent sur le papier les différents parcours, plus ou moins sinueux, avec ou sans classe préparatoire, empruntés par ses trois personnages fictifs pour décrocher un même diplôme d’ingénieur.

Le message est clair : l’orientation, ce n’est pas une matière, mais cela se travaille. Pas toujours facile, pourtant, de se projeter dans l’avenir quand la perspective du baccalauréat mobilise déjà tant d’énergie… « Il faut mener en même temps deux batailles, celle d’aujourd’hui et celle de demain »,souligne Rayane, qui hésite encore entre la médecine et l’économie.

UN SUPPORT PHYSIQUE POUR LES ENSEIGNANTS

Tous, au sein de ce lycée général, technologique et professionnel, ne visent pas aussi haut que lui. « Parce que leurs parents n’ont pas fait d’études, beaucoup se disent que ce serait déjà pas mal d’aller jusqu’au bac + 2 alors qu’en réalité ils ont les capacités de suivre un cursus long »,déplore Philippe Dive, professeur de sciences de la vie et de la Terre très impliqué dans le partenariat avec l’Essec.

« Ma sœur était très bonne en français mais elle a finalement fait un CAP coiffure. Aujourd’hui elle travaille dans un salon mais elle cherche à revenir au lycée », confie Carole-Anne, l’une des élèves de la classe qui a elle-même passé un an dans une filière professionnelle, en alternance, avant de se battre pour rejoindre la voie générale.

Précisément, si la proviseur Michèle Renaud a demandé à ses professeurs principaux de s’emparer du mooc, c’est qu’elle y voit un moyen de désinhiber les élèves, de « libérer leurs ambitions ».

UNE EXPÉRIMENTATION QUI POURRAIT SE GÉNÉRALISER

L’orientation, explique-t-elle, entre dans le cadre des deux heures d’accompagnement personnalisé inscrites à l’emploi du temps des lycéens. « Mais nombre d’enseignants ne sont pas forcément à l’aise avec ces questions et avaient besoin d’un support solide sur lequel s’appuyer »,approuve-t-elle.

« Un étudiant qui réussit, c’est un lycéen qui s’est bien préparé », soutient Chantal Dardelet, à la tête du pôle Égalité des chances à l’Essec. Cette fille d’agriculteurs devenue ingénieure mise, entre autres, sur le numérique pour mettre en œuvre ce principe « à une plus grande échelle ».

Pour l’heure, l’expérimentation concerne 2 000 élèves répartis dans seize lycées de la région parisienne. Mais elle a vocation, espère Jean-Michel Blanquer, le directeur général du groupe Essec, « à s’étendre à d’autres établissements, voire à se généraliser ».

-------------------------------

Le programme d’égalité des chances de l’Essec

Fondée en 1907 au sein de l’Institut catholique de Paris, l’Essec compte aujourd’hui parmi les plus prestigieuses écoles de commerce françaises.

En 2002, l’établissement a lancé un programme d’ouverture sociale et d’égalité des chances intitulé « Une grande école, pourquoi pas moi ? ». Il s’agit d’apporter, dès le secondaire, un tutorat et une aide à l’orientation. D’abord réservé aux lycéens, le dispositif a été élargi à des collégiens.

Plus de 1 600 jeunes ont bénéficié de ce programme, qui a essaimé dans une centaine de grandes écoles et d’universités et qui a inspiré un autre dispositif, soutenu par l’État, Les cordées de la réussite.

DENIS PEIRON. SOURCE

(1) Pour « Massive Open Online Courses », cours en ligne ouverts et massifs.

Tag(s) : #MOOC

Partager cet article

Repost 0